Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le club cinéma du collège Bergpfad
  • Le club cinéma du collège Bergpfad
  • : Ce blog regroupe les travaux et réflexions des élèves participant au club cinéma du collège Bergpfad d'Ham-sous-Varsberg (57880), ainsi que la présentation des thèmes des séances du lundi, animées par Mr Lesouef.
  • Contact

Recherche

16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 17:07

Pour poursuivre sur le thème des invasions extraterrestres, nous nous sommes intéressés aux invasions "discrètes". Ce type de films ne dépeignent en effet pas toujours des attaques spectaculaires, à grand renfort de vaisseaux spatiaux, de rayons lasers et d'explosions. Certaines histoires optent pour des infiltrations plus sournoises. C'est le cas de L'invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel (1956).

invasion2alien-6 235

Adapté du roman de Jack Finney, le film raconte l'histoire d'une petite ville envahie par des plantes extraterrestres, qui copient et remplacent petit à petit tous les habitants par des êtres en tout point identiques d'un point de vue physique, mais dénués de tout sentiment. Jamais en colère, jamais heureux : ils ne ressentent aucune émotion, aucune souffrance.

Le changement radical de comportement de personnes proches est un grand thème de la science fiction paranoïaque. Le roman sera adapté à quatre reprises au cinéma. De chacune de ces adaptations ressort les angoisses de leur époque. Dans L'invasion des profanateurs de sépultures (1956), c'est à nouveau la peur du communisme et de l'ennemi infiltré qui est abordée ; beaucoup d'Américains craignant à l'époque que les idées communistes ne se répandent dans leur pays (voir séance de la semaine précédente).

invasion of the body snatchersimage-l-invasion-des-profanateurs-de-philip-kaufman-1042018.jpg

Dans le remake de Philip Kaufman de 1978, la froide insensibilité des envahisseurs est une allusion au danger des sectes et des principes qu'elles imposent à leurs adeptes : l'absence de liberté de pensée et de libre arbitre, l'esprit de groupe poussé à l'extrême. La ville de San Francisco, dans laquelle le film a été tourné, était alors encore sous le choc du suicide collectif de 914 adeptes de la secte du Temple du Peuple, survenu en 1978.

Invasion--2007-.jpg

Dans Invasion de Oliver Hirschbiegel (2007), c'est la peur des virus et des pandémies qui est abordée. Le changement de comportement des personnes "remplacées" est cette fois imputé à un virus. C'est du moins ce que disent les autorités sanitaires (qui ont elles-mêmes déjà été infectées). Elles proposent alors un faux vaccin, destiné à infecter le reste de la planète. C'est une peur très contemporaine que celle des épidémies. Certains élèves se souviennent de leur rentrée scolaire de 2009 et de la crainte provoquée par la grippe H1N1.

x-invasion-los-angeles4f32d6e789074-theylivendjpg

Dans Invasion Los Angeles du génial John Carpenter (1988), c'est une autre invasion discrète qui est à l'oeuvre. Dans ce film, les extraterrestres sont déjà là, infiltrés dans les couches les plus puissantes de la société. Ils cachent leur apparence à l'aide d'antennes satelites. Ces mêmes antennes servent aussi à dissimuler des messages subliminaux, glissés par les aliens dans des publicités ou des journaux en apparence innocents. "Obéis", "Pas de libre pensée", "consomme", "reste endormi"... : tous ces messages ont pour but de rendre les Terriens apathiques et incapables de se défendre le jour où le gros des troupes aliens viendra attaquer.

invasion-los-angelesinvasion-los-angeles-2

Dans les années 1980, alors que Ronald Reagan était président des Etats-Unis, la société et l'économie américaine prennent un tournant qui inquiète le réalisateur. Les milieux de la finance prennent une importance toujours plus grandissante, les yuppies (nom donné aux jeunes cadres des grandes villes occidentales, évoluant dans les milieux de la haute finance) affichent une réussite arrogante et le culte de l'argent n'épargne plus grand monde. Carpenter va jusqu'à faire mettre aux envahisseurs de son film "Ceci est ton Dieu" sur les billets de banque. La critique est féroce. Jugez plutôt :

Pour achever la séance de manière plus légère, nous avons discuté de quelques invasions plus comiques, voire absurdes.
danger planetaire,5affiche Blob 1988 2
Parmi les organismes les plus étranges à avoir cherché à nous détruire, Le Blob figure en bonne place. Ayant donné lieu à trois films depuis 1958, le Blob est une masse informe et gélatineuse qui grossit continuellement à mesure qu'elle ingère les habitants de la petite ville où elle a eu la mauvaise idée d'atterrir.
KillerKlownsPoster42807450.jpg
Dans Les clowns tueurs venus de l'espace des frères Chiodo (1988), les martiens sont des clowns, leur vaisseau ressemble à un chapiteau de cirque, leurs pistolets projettent du pop-corn et les humains sont attrapés dans de la barbe à papa.


daleksdaleks-envahissent-la-terre-02-g
Dans Les daleks envahissent la Terre (1966), les extraterrestres ne sont pas là pour rigoler puisqu'ils obligent les humains à travailler pour eux dans les mines. Mais c'est bien l'aspect des Daleks qui prête à sourire, puisqu'ils ressemblent à des poubelles métalliques. Leur doublage français ne les épargne pas non plus puisqu'il leur donne un voix saccadée et criarde à l'effet comique garanti. Attention toutefois à ne pas se moquer d'eux, ils risqueraient de vous cracher de la fumée!
H2G2 - Le guide du voyageur galactique (2005)B966A7244BA26C28C517561FD7A3E.jpg
Au début d'H2G2 : le guide du voyageur galactique de Garth Jennings (2005), la Terre est détruite par les Vogons, une race d'aliens bureaucrates, car notre planète se trouve sur le trajet d'une autoroute intergalactique. En même temps c'est de notre faute : après tout les documents officiels de destruction étaient consultables sur la planète Alpha du Centaure depuis plusieurs années. Aaaah l'humour anglais...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par clubcinema-bergpfad - dans Les séances du club cinéma
commenter cet article

commentaires