Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le club cinéma du collège Bergpfad
  • Le club cinéma du collège Bergpfad
  • : Ce blog regroupe les travaux et réflexions des élèves participant au club cinéma du collège Bergpfad d'Ham-sous-Varsberg (57880), ainsi que la présentation des thèmes des séances du lundi, animées par Mr Lesouef.
  • Contact

Recherche

9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 23:02

Pour débuter notre thématique sur la science fiction, nous avons aborder un thème très répandu au cinéma : les invasions extraterrestres.

Le jour où la Terre s'arrêta (1951)

Dans Le jour où la Terre s'arrêta (1951) de Robert Wise, l'extraterrestre Klaatu débarque en plein Washington à bord de sa soucoupe volante, accompagné d'un robot aux pouvoirs surpuissants appelé Gort. Ils ne sont pourtant pas venus pour nous envahir, mais pour nous apporter un message de paix et aussi de mise en garde contre les armes atomiques.
Le contexte des années 1950 transparaît clairement : la prolifération des armes atomiques inquiétait beaucoup à l'époque. Les tensions politiques, dans un monde alors en pleine Guerre froide entre le bloc américain et le bloc soviétique, faisaient craindre aux populations l'imminence d'une guerre atomique particulièrement dévastatrice.
Lorsque l'extraterrestre Klaatu demande à rencontrer les dirigeants de la planète pour leur délivrer son message, un envoyé de la Maison Blanche lui signifie sans hésitation l'infaisabilité de la chose au vu du climat de défiance général qui règne en cette période de Guerre froide. Impossible dans ce contexte de réunir l'ensemble des chefs d'Etat à la même table.

 
District 9 (2009)
Réalisé en 2009 par Neill Blomkamp, District 9 véhicule un autre message, tout autant pacifiste. Dans ce film, un gigantesque vaisseau apparaît au-dessus de Johannesburg. Il ne s'agit pourtant pas d'une attaque extraterrestre mais d'une panne! Devant l'impossibilité de réparer leur vaisseau pour rentrer chez eux, les aliens, bloqués, deviennent bien malgré eux des "envahisseurs".
L'introduction du film présente, à la manière d'un documentaire, la gestion de cette situation par les autorités terriennes. Forcément prises de court (les aliens sont quand même plus d'un million!), ces autorités décident de les installer dans la banlieue de Johannesburg, dans un quartier qui prend rapidement l'aspect d'un bidonville : le district 9.
L'extrait visionné comprenait aussi des interviews d'habitants de Johannesburg. On s'aperçoit alors que la méconnaissance entre les deux espèces donne lieu aux pires rumeurs : les aliens, surnommés de manière méprisante les "crevettes", sont accusés de comportements violents, de vols et même d'enlèvements. Autant de préjugés qui s'averont pour le moins fantaisites, lorsque les spectateurs découvriront par la suite le quotidien des extraterrestres vivant dans le bidonville. 
big-190_4_District-9.jpgDistrict-9-Affiche-20090605-02.jpg
C'est clairement la xénophobie qui est pointée du doigt par le réalisateur. En décrivant les tensions entre humains et extraterrestres, ce sont bien aux tensions entre les différents peuples de la Terre qu'il est fait allusion.
Le fait de situer l'action du film en Afrique du Sud n'est bien évidemment pas un hasard, puisqu'il s'agit du pays qui connu l'apartheid (1948-1991), période au cours de laquelle l'Etat imposa une séparation entre personnes de couleur de peau blanche et personnes de couleur de peau noire. Cette discrimination raciale se retrouve dans le film par différents panneaux interdisant la fréquentation de certains lieux aux aliens. District 9 dénonce donc la xénophobie, l'intolérance et la discrimination raciale.
Il est même fait allusion au problème des réfugiés, puisqu'il est question au début du film de déplacer les aliens dans un campement situé à 200 kilomètres de Johannesburg, et dont les innombrables tentes évoquent immanquablement les camps de réfugiés ayant fuit leur pays en guerre, notamment en Afrique. Comme quoi un blockbuster (film de divertissement à gros budget) peut aussi être porteur de messages forts.

La guerre des mondes (1953)1481405_f520.jpg
La deuxième partie de la séance a porté sur les invasions belliqueuses, en commençant par le classique La guerre des mondes de Byron Haskin (1953). Dans l'introduction du film, une voix off présente les caractéristiques des différentes planètes du système solaire, laissant entendre que notre chère planète bleue constitue un choix de premier ordre pour des martiens à la recherche de mondes à coloniser.
On peut voir aussi dans ce film des allusions aux deux conflits mondiaux du début du XXème siècle, avec ses violences faites aux civils et ses innombrables destructions.
CE3K-soucoupesvolante.jpginvasion_saucer_men_affiche.jpg
Les films d'attaques martiennes ont suscité un véritable engouement dans l'Amérique des années 1950. On peut faire un parallèle entre le succès de ces films présentant des envahisseurs de la planète rouge et la peur paranoïaque du communisme qui touchait alors les Etats-Unis. Le pays est à cette époque en plein maccarthysme (du nom du sénateur Joseph McCarthy, qui avait lancé une véritable "chasse aux sorcières" contre les communistes présents sur le territoire américain) et la traque des "rouges" concerne toutes les couches de la société.
Signes (2001)La guerre des mondes (2005)
Le sujet des attaques extraterrestres et de leur déroulement a été présenté au moyen d'extraits de Signes de M. Night Shyamalan (2001) et de La guerre des mondes version Spielberg (2005).
La séance s'est terminée sur un extrait du Mars Attacks! de Tim Burton (1996), dans lequel des martiens, aux comportements de gamins turbulents, prennent un malin plaisir à dévaster la Terre.

Partager cet article

Repost 0
Publié par clubcinema-bergpfad - dans Les séances du club cinéma
commenter cet article

commentaires