Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le club cinéma du collège Bergpfad
  • Le club cinéma du collège Bergpfad
  • : Ce blog regroupe les travaux et réflexions des élèves participant au club cinéma du collège Bergpfad d'Ham-sous-Varsberg (57880), ainsi que la présentation des thèmes des séances du lundi, animées par Mr Lesouef.
  • Contact

Recherche

13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 18:44

Qui n'a jamais éclaté de rire devant un film? La séance du jour a tenté de mettre en lumière les principaux rouages de la comédie.

Les Lumières de la ville (1931)

Le film Les lumières de la ville (1931) de Charlie Chaplin (1889-1977) nous a permi d'introduire le comique de gestes. Quoi de mieux qu'un film muet de Chaplin pour saisir l'importance des mouvements et des postures dans une comédie? La scène joue aussi sur une autre forme de comique : le vagabond Charlot se réveille sur les genoux d'une statue, devant une foule scandalisée venue assister à son inauguration. Il s'agit d'un comique de situation.

 

Oscar (1967) 

 
 
 
 
 
 
Le comique de gestes joue également sur les expressions du visage, notamment les grimaces. Tout au long de sa carrière, Louis de Funès (1914-1983) a régalé les spectateurs de ses mimiques. Dans le film Oscar (1967), alors que son personnage croit avoir perdu une valise contenant des bijoux de grande valeur, il se livre à une performance hystérique comme on peut le voir dans cet extrait :
 
Parmi les autres extraits visionnés, un autre film mettant en scène de Funès, Le gendarme à New-York (1965), a permi d'éclairer le comique de mots, qui joue entre autres sur les défauts de prononciation. Dans une scène pour le moins cocasse, le maréchal des logis-chef Cruchot, donne un cours d'anglais à ses collègues gendarmes : 
Le gendarme à New-York (1965)
 
Cet extrait permet également d'aborder le comique de caractère. Le personnage de de Funès se montre colérique, intraitable et de mauvaise foi avec ses subalternes, mais devient tout mielleux lorsqu'il s'adresse à son supérieur, l'adjudant Gerber, interprété par Michel Galabru. Le comique réside donc aussi en partie dans le caractère des personnages.
 
D'autres extraits ont permi d'approfondir la découverte de ces principales formes de comique (comique de gestes, comique de situation, comique de mots, comique de caractère) et de découvrir d'autres effets comme le comique de répétition ou encore le quiproquo.
  
la famille adams
 
 
Pour finir cette séance, nous nous sommes penchés sur une forme particulière d'humour : l'humour noir. Cet humour n'hésite pas à rire de tout et principalement de choses qui, dans un autre contexte, seraient considérées comme cruelles ou tragiques.
Le film Les valeurs de la famille Addams (Barry Sonnenfeld, 1993) donne de multiples exemples pour illustrer ce type de comique. N'ayant pu exactement retrouver sur le net les extraits utilisés ce vendredi, je vous en propose un autre dans le même style, issu du premier film sur cette famille pas comme les autres, La famille Addams (1991) :

Partager cet article

Repost 0
Publié par clubcinema-bergpfad - dans Les séances du club cinéma
commenter cet article

commentaires