Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le club cinéma du collège Bergpfad
  • Le club cinéma du collège Bergpfad
  • : Ce blog regroupe les travaux et réflexions des élèves participant au club cinéma du collège Bergpfad d'Ham-sous-Varsberg (57880), ainsi que la présentation des thèmes des séances du lundi, animées par Mr Lesouef.
  • Contact

Recherche

23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 16:59

002vlcsnap-131882-copie-1     

En lien avec le chapitre d'histoire de 5ème sur les Grandes découvertes et les conquêtes des Européens entre le XVème et le XVIIème siècle, nous nous sommes intéressés ce jeudi aux représentations de ces thèmes au cinéma. Pour ouvrir la séance, nous avons utilisé une séquence du film Apocalypto de Mel Gibson (2006). Située à la fin, on y voit des Amérindiens assistant médusés à l'arrivée de colons, venus d'Europe sur leurs caravelles. Tout le programme de la séance est déjà là, puisqu'on voit dans les barques des conquistadors en armure et même un missionnaire, tenant bien haut la croix chrétienne. Le message est clair : ces hommes viennent conquérir militairement de nouveaux territoires et évangéliser leurs populations.

Pathfinder (2007)pathfinder-2007-08-01-10-g  

Avant de s'intéresser aux conquistadors du XVème siècle, nous avons évoqué le passage des Vikings au Nouveau Monde, au Xème siècle, au moyen du film Pathfinder de Marcus Nispel (2007). "600 ans avant Christophe Colomb", comme l'explique la bande annonce visionnée avec les élèves et en lien ci-dessous, des Vikings, menés par Erik le Rouge, auraient atteint Terre-Neuve, au large de l'actuel Canada.Le film développe une fiction à partir de ce fait historique en racontant l'histoire de Ghost, laissé après un raid en Amérique par ses compatriotes Vikings, alors qu'il était enfant. Elevé par les Indiens, il va, devenu adulte, prendre la défense de son peuple d'adoption, face au retour des Vikings, revenus pour se livrer au pillage et à la destruction. Le film est assez inégal car il a été malmené au montage par les exécutifs du studio. Il en résulte un film avec de belles fulgurances visuelles, mais avec une histoire trop elliptique, où le spectateur peine à se sentir impliqué. Il a cependant le mérite d'aborder un sujet peu traité au cinéma.

    
007b-1492 Christophe Colomb (1992)008-1492-christophe-colomb-10-g  
Un extrait de 1492 : Christophe Colomb de Ridley Scott (1992), sorti à l'occasion des 500 ans de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb (des Antilles plus précisemment), nous a permi d'évoquer les premiers contacts établis entre les Européens et les Amérindiens au moment des Grandes découvertes. Relativement bien reçus par des indigènes, qui surpris par leur couleur de peau, leurs armes et leurs armures rutilantes les prenaient pour des dieux, les explorateurs découvrent ébahis des territoires et des civilisations jusqu'alors inconnus. Nous n'avons regardé que la séquence montrant l'arrivée de l'expédition de Colomb dans les Caraïbes, mais le film est intéressant pour bien d'autres raisons. En plus de montrer les difficultés que le navigateur gênois a rencontré pour monter son expédition, le film s'attarde aussi sur le désenchantement rapide qui a suivi les Grandes découvertes, avec les premières tensions qui apparaissent avec les Amérindiens. Dans une scène du film, le chef d'une tribu, qui s'inquiète de l'arrivée prochaine de nombreux autres "Blancs", reproche à Christophe Colomb et ses hommes de ne s'intéresser qu'à leur or et leurs femmes. L'avenir lui donnera malheureusement raison. Colomb croisera même à la fin du film des indigènes réduits en esclavage dans un port construit par les Européens.
      
Capitaine%20de%20Castille013dcaptain from castile54
Après les explorateurs vient le temps de la conquête du Nouveau Monde. Des conquistadors, venus d'abord essentiellement d'Espagne et du Portugal, débarquent pour assoir leur domination sur les terres récemment découvertes, mais aussi surtout pour trouver des gisements d'or. Le film hollywoodien Capitaine de Castille de Henry King (1947) retrace l'itinéraire de Hernan Cortés qui, entre 1519 et 1521, fit la conquête de l'Empire aztèque, avec seulement 600 hommes, 10 canons et 16 chevaux et fonda la Nouvelle-Espagne. Le film suit les aventures d'un jeune noble espagnol, contraint de fuir son pays pour éviter d'être arrêté par l'Inquisition. Il se joint alors à l'expédition de Cortés. Dans l'extrait projeté, on a pu voir Cortés recevant la visite d'un émissaire envoyé par l'empereur aztèque Moctezuma II. Emballé par les objets en or que Moctezuma lui a fait envoyer, Cortés décide de progresser dans les terres pour s'emparer des mines d'or. Il entre alors en conflit avec une partie de son équipage, qui lui rappelle que cette expédition avait seulement pour but de nouer des contacts avec les Aztèques pour faire du commerce. Cortés fera mettre le feu à ses bateaux pour obliger ses hommes à avancer. Le film, tourné dans un technicolor flamboyant qui a surpris les élèves, est d'autant plus remarquable qu'il a été tourné au Mexique, fait rare à l'époque pour une production hollywoodienne, sur les lieux traversés par l'expédition de Cortés 400 ans plus tôt.
 
013La route d'Eldorado (2000)014The-Road-to-El-Dorado-the-road-to-el-dorado-17893471-102
Nous nous sommes ensuite penchés sur le mythe de l'Eldorado, tout d'abord à partir du film d'animation du studio Dreamworks La route d'Eldorado (2000). On y suit les aventures de deux petits escrocs espagnols, embarqués avec l'expédition de Cortés, qui parviennent à atteindre l'Eldorado. Pris pour des dieux à cause d'une prophétie, ils vont être couverts de richesse. Le dessin animé présente une cité superbe, composée de grands monuments en or.
 
015Aguirre, la colère de Dieu (1972)016aguirre-ou-la-colere-de-dieu-1972-08-g
L'Eldorado ne fut jamais découverte. Il s'agissait d'une légende inventée par les Amérindiens pour se venger des violences perpétrées par les Européens, prédateurs cupides. Le film allemand Aguirre, la colère de Dieu de Werner Herzog (1972) raconte l'histoire d'une expédition espagnole, qui se perd dans la jungle amazonienne et finit décimée en cherchant en vain l'Eldorado. De nombreuses expéditions ont en effet disparu dans la jungle en tentant de trouver la mythique cité. Dans l'extrait projeté, les conquistadors espagnols, descendant l'Amazone sur un radeau, rencontrent pour la première fois des indigènes. Ce premier contact illustre l'agressivité des Européens face aux autochtones. Après lui avoir arraché son collier en or, les conquistadors interrogent rudement l'indigène pour connaître l'emplacement de l'Eldorado. A la fin de la séquence, le prêtre qui accompagne l'expédition tente maladroitement de convertir l'Amérindien au christianisme, qui finit par jeter la Bible par terre, sous les yeux scandalisés des Européens. Le film montre bien la brutalité et le mépris de nombre de conquistadors pour les peuples du Nouveau Monde. Tourné en Amazonie dans des conditions très difficiles et largement improvisé sur place, le film est un chef d'oeuvre du 7ème art à l'ambiance surréaliste et pesante. L'étude de cette séquence a été aussi l'occasion de présenter aux élèves Klaus Kinski, acteur fou, colérique et mégalomane, qui terrorisait les équipes des films dans lesquels il jouait. Sur ce film, alors qu'il menaçait de quitter le tournage, le réalisateur avait du le forcer à rester en le menaçant d'une arme.
 
Si ils n'ont pas trouvé l'Eldorado, les Espagnols et les Portugais n'en ont pas moins découvert de nombreux gisements d'or, qu'ils ont fait extraire par le travail forcé des indigènes et expédié en Europe. Le bilan des conquêtes du XVIème siècle est terrible. Cent ans après les Grandes découvertes, la population amérindienne est passée d'environ 25 millions à 2 millions de personnes, une véritable hécatombe due aux guerres, aux maladies apportées par les Européens et l'asservissement des Indiens. 
020Pocahontas (1995)021radcliffe madness
Le siècle suivant voit l'arrivée de colons européens, notamment anglais, sur la côte Est de l'Amérique du Nord. C'est à cette époque que se déroule l'action de Pocahontas, sorti par le studio Disney en 1995. L'extrait visionné montrait l'inquiétude des Indiens, comparant les colons à des loups dévastant les territoires qu'ils traversent. On passe ensuite au campement des Anglais, dirigé par le cupide gouverneur Ratcliffe, qui stimule son équipage en leur affirmant qu'après les conquistadors espagnols, c'est à présent à leur tour de se couvrir d'or.
    
025Le Nouveau Monde (2005)027new-world-2
Les élèves ont été surpris d'apprendre que Pocahontas a vraiment existé. Le film Le Nouveau Monde de Terrence Malick (2005) se montre plus fidèle à la réalité historique que le dessin animé de Disney en ce qui concerne la vie de la jeune indienne. On y apprend également ce qui lui arrive après le départ de John Smith, soldat anglais à qui elle aurait sauvé la vie. La séquence visionnée montrait l'attaque du fort anglais par les Indiens, énervés par le comportement des colons. Cet extrait avait pour but de montrer les tentatives de résistance indienne, face à la présence toujours plus envahissante des Européens.
      
030xkt65xmy3rhbfl2lpldx9jjn031full-the-mission-screenshot
Enfin, pour terminer la séance, nous avons regardé un extrait d'un film de Roland Joffé, qui a reçu la Palme d'or à Cannes en 1986 : Mission. Ce film passionnant illustre une autre forme de conquête du Nouveau Monde : la conquête des âmes par l'Eglise catholique. Dès les premières expéditions, les Européens emmenaient avec eux des missionnaires chargés d'évangéliser les populations amérindiennes. Non sans difficulté, quelques missionnaires ont réussi à se faire accepter et à s'implanter en fondant des missions. Des églises et divers bâtiments ont été érigés, parfois au coeur de la jungle. Les indigènes y ont appris l'espagnol, le chant, la musique ou encore des techniques artisanales. Le film montre très bien cet aspect. Dans l'extrait visionné, un missionnaire jésuite entre en contact avec les membres d'une tribu en jouant de la flûte. Cette approche en douceur ne fait pas l'unanimité, puisque le missionnaire se fait casser son instrument. On comprend les réserves de certains indigènes car, parallèlement à l'implantation de missions catholiques, des chasseurs d'esclaves continuent à arpenter la jungle pour capturer des autochtones, qui seront contraints de travailler dans les mines ou les plantations des colons qui se développent sur les littoraux. La mission qui donne son titre au film va donc devoir faire face à de nombreux dangers.

Partager cet article

Repost 0
Publié par clubcinema-bergpfad - dans Les séances du club cinéma
commenter cet article

commentaires