Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le club cinéma du collège Bergpfad
  • Le club cinéma du collège Bergpfad
  • : Ce blog regroupe les travaux et réflexions des élèves participant au club cinéma du collège Bergpfad d'Ham-sous-Varsberg (57880), ainsi que la présentation des thèmes des séances du lundi, animées par Mr Lesouef.
  • Contact

Recherche

10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 17:22

signe-de-la-croix-1932-06-g

Un péplum est un film dont l'action se déroule durant l'Antiquité (du IVème millénaire av. J.-C., avec l'apparition de l'écriture, à 476, avec la chute de l'empire romain d'Occident). Le péplum est un genre cinématographique presque aussi vieux que le cinéma, mais il ne sera appelé ainsi qu'à partir de la fin des années 1950. Il était classé auparavant dans la catégorie des films d'aventures exotiques. Mais si le genre fut baptisé tardivement, il n'en fut pas moins prolifique, puisqu'on dénombre actuellement plusieurs centaines de péplums. Le plus ancien remonte à 1896 et ne dure qu'une minute. Il s'agit de Néron essayant des poisons sur des esclaves, réalisé par Georges Hatot et produit par les frères Lumière, pionniers lyonnais du cinématographe.

Un autre pionnier du cinéma s'est intéressé au genre : Georges Méliès (1861-1938). Passionné d'Antiquité (il étudia le latin et le grec), il mit en scène plusieurs courts métrages mettant en scène des héros de l'Antiquité, dont L'île de Calypso : Ulysse et le géant Polyphème (1905), qui fut projeté au cours de cette séance. On y voit Ulysse arriver épuisé après un naufrage sur l'île de Calypso. Cette dernière tente de le séduire, mais ils sont dérangés par le cyclope Polyphème, auquel Ulysse crève l'unique oeil avant de quitter l'île, malgré les pleurs de Calypso. Difficile de représenter cet épisode de l'Odyssée d'Homère en une poignée de minutes, d'autant plus que le cinéma est à l'époque muet et en noir et blanc.

 

Cabiria posterCabiria (1914)

Sorti à la veille de la Première Guerre mondiale, Cabiria de Giovanni Pastrone est une superproduction italienne retraçant les épisodes importants des guerres puniques entre Rome et Carthage. D'une durée originale de 4 heures, le film montre Hannibal franchissant les Alpes avec ses éléphants, le siège de Cirta ou encore la bataille de Zama. L'extrait projeté lors de cette séance présentait un épisode tout aussi célèbre : le savant Archimède défendant la ville de Syracuse, attaquée par les Romains, grâce à ses miroirs ardents, en 212 av. J.-C.. Cabiria fut une date importante dans l'histoire du cinéma car en plus d'y avoir inventé le travelling, le réalisateur incita à la généralisation des décors construits. Pour faire ressentir la profondeur du décor aux spectateurs, Giovanni Pastrone délaissa les décors peints en trompe-l'oeil au profit de gigantesques décors en dur. Le film rencontra un succès considérable et marqua le début d'un premier âge d'or pour le péplum.
 
signe-de-la-croix-R47-2elephants 
L'engouement pour le péplum traversa rapidement l'Atlantique. Dès les années 1910, les Etats-Unis se mirent à produire des péplums, traitant essentiellement de l'antiquité romaine et de sujets bibliques. Sorti en 1932, Le signe de la croix de Cecil B. DeMille est l'un des premiers grands péplums du cinéma parlant. Il s'agit d'une des nombreuses adaptations du roman Quo vadis ? de Henryk Sienkiewicz (1895), qui raconte l'histoire d'un Romain tombant amoureux d'une jeune chrétienne sous le règne de Néron, l'empereur fou. Les sentiments amoureux du héros sont contrariés par les débuts de la persécution des chrétiens, que Néron accuse d'avoir incendié Rome (alors qu'il en est lui-même l'auteur!).
A l'époque, Cecil B. DeMille n'en est pas à son coup d'essai. Il a déjà réalisé plusieurs péplums parmi lesquels Les Dix Commandements (1923) et Le Roi des rois (1927). Son Signe la croix est d'une violence peu commune pour un film américain de l'époque. Alors que toutes les productions devaient se soumettre à la censure implacable du Code Hays, DeMille, profitant de l'amitié qu'il entrenait avec le sénateur responsable de cette loi (William Hays), contourne allègrement cette réglementation à plusieurs reprises. Dans la séquence finale des jeux du cirque, vue par les élèves ce jeudi, le réalisateur montre des combats de gladiateurs et des massacres perpétrés par des animaux sauvages, avec une violence inconnue pour le public du début des années 1930. L'effet sur un public adolescent d'aujourd'hui en est bien évidemment fortement diminué et prête même à sourir, lorsque l'on voit à l'écran des éléphants semblant mâchouiller une victime.
 
Jules César (1953)LA%20TERRE%20DES%20PHARAONS18776857 jpg-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx
Après une accalmie dans les années 1940, le péplum revient en force dans les années 1950. Le genre va connaître son apogée durant cette décennie. Des péplums très différents, tant dans leurs sujets que dans la façon de les traiter, sortent en salle et rencontrent souvent le succès. De grands réalisateurs de l'époque s'y essayent comme Joseph L. Mankiewicz, avec son adaptation de Jules César (1953), d'après la pièce de William Shakespeare, ou le grand Howard Hawks, qui se frotte à l'antiquité égyptienne avec La Terre des pharaons (1955). Le péplum biblique a également le vent en poupe, comme le prouve le succès des Dix Commandements de Cecil B. DeMille (1956), qui raconte la vie de Moïse.
 
Ben-Hur (1959)ben-hur3
Le plus grand succès de cet âge d'or du péplum américain reste l'adaptation de Ben-Hur de William Wyler (1959). Ben-Hur est interprété par Charlton Heston, qui avait quelques années auparavant incarné Moïse dans Les Dix Commandements. Le film raconte la déchéance de son personnage, Judas Ben-Hur, trahi et condamné aux galères par son ami d'enfance, Messala, après un incident qui faillit coûter la vie du gouverneur de Jérusalem. Il fera tout pour restaurer son honneur et se venger. La scène la plus connue et la plus spectaculaire du film est la course de chars, au cours de laquelle Ben-Hur est en compétition contre Messala et huit autres coureurs. Les moyens utilisés pour tourner cette séquence de 30 minutes ont été colossaux. Elle nécessita 4 mois de préparation et 3 mois de tournage. Il pouvait y avoir jusqu'à 15 000 figurants sur le plateau. La construction du stade a nécessité 1 000 m3 de bois, 400 kilomètres de tubes et 40 000 tonnes de sable. Ce décor monumental fut pourtant détruit après le tournage pour éviter que des productions plus modestes ne le réemploient. Le gaspillage ne s'arrête pas là, puisqu'on fit même venir des chevaux blancs de Tchécoslovaquie jusqu'à Rome par avion, et en première classe! Heureusement pour la Metro-Goldwyn-Mayer, qui produisait le film, Ben-Hur rencontra un énorme succès et sauva même le studio de la faillite. Le film détient toujours (à égalité avec Titanic (1997) et Le Seigneur des anneaux : le retour du roi (2003)) le record du nombre d'Oscars remportés avec 11 statuettes : Meilleur film, réalisateur, acteur, second rôle masculin, photographie, son, musique, montage, effets spéciaux, décors et costumes.
   
Ulysse (1954)ulysse-05
Grand succès populaire en Italie, Ulysse de Mario Camerini (1954) adapte l'Odyssée d'Homère. Le grand Kirk Douglas y interprète donc Ulysse, célèbre roi d'Ithaque cherchant désespérément à rentrer chez lui après avoir participé à la prise de Troie par les Grecs. L'acteur américain incarne un Ulysse rusé et provocateur. La séquence de la rencontre avec le cyclone Polyphème, projetée pour conclure cette première séance sur le péplum, en est la parfaite illustration. Retenus captifs par le cyclope, qui compte bien les manger, Ulysse et son équipage parviennent à s'échapper en creuvant l'oeil du géant, après l'avoir enivré pour lui faire baisser sa garde.
 
Ulysse ouvre en Italie une période particulièrement faste pour le péplum, un âge d'or qui se poursuivra, comme pour les Etats-Unis, jusqu'au début des années 1960. Les Travaux d'Hercule de Pietro Francisci, sorti en 1958, rencontre également un large succès en Italie et lance la mode du "muscle opera", sous genre du péplum dans lequel des héros à la musculature impressionnante comme Hercule, Maciste ou Samson, réalisent de multiples exploits. Nous en reparlerons dans la prochaine séance.
travaux-hercule-1024x727

Partager cet article

Repost 0
Publié par clubcinema-bergpfad - dans Les séances du club cinéma
commenter cet article

commentaires