Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le club cinéma du collège Bergpfad
  • Le club cinéma du collège Bergpfad
  • : Ce blog regroupe les travaux et réflexions des élèves participant au club cinéma du collège Bergpfad d'Ham-sous-Varsberg (57880), ainsi que la présentation des thèmes des séances du lundi, animées par Mr Lesouef.
  • Contact

Recherche

27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 03:29

Les élèves ont assisté aujourd'hui à une séance un peu plus technique, puisqu'ils ont eu à analyser quatre séquences issues de films différents. Loin d'être rebutés par la tâche, ils se sont même montrés très à l'aise avec les différentes techniques employées et très pertinents dans leurs remarques.

 

Le cuirassé Potemkine (1925)
La scène du massacre des civils sur les marches de l'escalier d'Odessa, dans Le cuirassé Potemkine de Serguei Eisenstein, est l'une des séquences les plus célèbres de l'histoire du cinéma. Réalisé en 1925, le montage de cette scène est un véritable tour de force.
vlcsnap-2012-01-26-11h34m46s183vlcsnap-2012-01-26-11h35m08s153 
Le montage se distingue par un enchaînement rapide de plans venant soutenir le sentiment de panique et de confusion de la foule, ainsi que la violence du massacre. Serguei Eisenstein alterne des plans de la foule dévalant précipitamment les escaliers, avec des plans montrant les cosaques descendant implacablement en ligne sur les civils.
vlcsnap-2012-01-26-11h35m59s152vlcsnap-2012-01-26-11h45m10s236
A ce propos, comme nous l'avions vu la semaine dernière avec Il faut sauver le soldat Ryan, les soldats sont souvent présentés de dos. On ne voit jamais leur visage, ce qui les rend plus menaçants en les déshumanisant. Les civils, au contraire, ont droit à des gros plans sur leur visage, montrant leur effroi, leur incompréhension et leur colère. On comprend ainsi sans équivoque de quel côté se range le réalisateur.
Outre le passage du landau, sur lequel nous reviendrons dans le bonus de cette semaine, c'est le passage de l'enfant piétiné et de sa mère effondrée, avançant vers les soldats avec le corps de son fils dans les bras, qui a été plus particulièrement décrypté.
vlcsnap-2012-01-26-11h35m43s244vlcsnap-2012-01-26-11h36m17s29
vlcsnap-2012-01-26-11h37m53s225vlcsnap-2012-01-26-11h37m44s105
vlcsnap-2012-01-26-11h41m18s234vlcsnap-2012-01-26-11h41m27s69
vlcsnap-2012-01-26-11h41m38s171vlcsnap-2012-01-26-11h41m56s61
vlcsnap-2012-01-26-11h42m09s204vlcsnap-2012-01-26-11h42m29s161
vlcsnap-2012-01-26-11h43m38s89vlcsnap-2012-01-26-11h42m54s156
La brutalité de la mort de l'enfant est rendue par une alternance de plans rapides sur la foule courant, sur leurs pieds piétinant l'enfant, sur le visage de l'enfant criant de douleur, et enfin sur celui horrifié de la mère du petit, cadré par des plans de plus en plus gros.
 
M le maudit (1931)
C'est ensuite une séquence du mythique M le maudit de Fritz Lang (1931) qui a été passée à la loupe. Au début du film, le réalisateur laisse sous entendre l'enlèvement et le meurtre d'une fillette par l'image.
vlcsnap-2012-01-24-13h24m11s73vlcsnap-2012-01-24-13h24m41s211
vlcsnap-2012-01-24-13h27m53s81vlcsnap-2012-01-24-13h27m29s103
vlcsnap-2012-01-24-13h29m41s141vlcsnap-2012-01-24-13h29m50s229
La réaction de la mère devant le retard de sa fille rentrant de l'école sert à faire monter la tension. Pour cela, le montage répète des plans sur l'horloge indiquant l'heure qui passe, et des plans sur le visage de la mère, de plus en plus inquiète. En parallèle, nous suivons ce que fait la fillette.
vlcsnap-2012-01-24-13h30m16s238vlcsnap-2012-01-24-13h30m26s76
A la fin de la séquence, le réalisateur enchaîne une série de plans fixes symbolisant l'absence de la petite fille : en plongée sur l'escalier vide, l'assiette qui l'attendait sur la table...
vlcsnap-2012-01-24-13h30m35s166vlcsnap-2012-01-24-13h30m41s230
Ce qui est arrivé à la fillette est suggéré par sa balle, rentrant seule en roulant dans le champs de la caméra, et par son ballon, pris dans des fils électriques, symbolisant l'enfant tombé dans la toile (d'araignée) de l'assassin.
 
L'impasse (1993)Shaun of the dead (2004)
Cette séance a été aussi l'occasion d'étudier l'excellente scène de la salle de billard, dans le film L'impasse de Brian De Palma (1993). Nous avons également comparé deux plans-séquences jumeaux tirés du drolatique Shaun of the dead d'Edgar Wright (2004).

Partager cet article

Repost 0
Publié par clubcinema-bergpfad - dans Les séances du club cinéma
commenter cet article

commentaires